• Soul Food

Les musées au temps du Corona : Notre devoir moral auprès des plus vulnérables

Nous sommes ravis de partager une deuxième contribution au blog de Tess Juan-Gaillot ! Tess est médiatrice artistique à l'Institut des Cultures Islamiques de Paris. Nous avons eu le plaisir de la rencontrer lors d'une excursion de Soul Food l'automne dernier. Vous pouvez consulter son premier article sur le blog Soul Food ici.


Suite à cette pandémie et le confinement mondial ainsi que la fermeture des entreprises et activités non-essentielles qui en a découlé, le secteur culturel à été fortement impacté. L’impact est autant psychologique qu’économique. Qu’est-ce que cela signifie quand, en tant que professionnel du secteur culturel, une crise mondiale menace de confirmer ce que les étudiants en école de commerce nous disent depuis toujours ? Que nous ne sommes pas aussi essentiels qu’on aurait cru ou voulu l’être ? En ce moment les musées et autres institutions culturelles se battent pour garder ou raviver leur pertinence et prouver à quel point ils sont « essentiels » à la société. Cela peut être une voie d’apprentissage plutôt raide pour certaines institutions qu’on aurait imaginé plus avancées. Cette pandémie a révélé un manque d’innovation dans nos pratiques muséales ainsi qu’un ancrage social loin de l’idéal. Dans un second temps, cette situation inédite a engendré des initiatives plutôt impressionnantes et surprenantes qui méritent d’être applaudies et prises comme exemple.

Avant de rentrer dans le cœur du sujet, il est important de connaitre quel barème moi et d’autres professionnels du secteur muséal utilisons pour juger la pertinence d’un musée en 2020. Malgré une réflexion éternellement fluctuante, le Conseil International des Musées (ICOM) utilise encore officiellement sa définition de 2007 pour définir un musée. Selon cette définition, le musée est une « institution permanente sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’études, d’éducation et de délectation. » Cela semble assez simple.


Depuis 2007, les choses ont un peu changé et un plus grand effort sur la justice sociale, la démocratisation de la culture et le récit d’histoires auparavant marginalisées sont devenus le signe de la pertinence culturelle d’un musée. Par conséquent, la définition de 2019 est la suivante et reste officieuse jusqu'à ce qu'elle soit soumise au vote, mais en dit long sur nos responsabilités en tant qu'institutions et professionnels des secteurs des musées et des arts aujourd'hui.


« Les musées sont des lieux de démocratisation inclusifs et polyphoniques, dédiés au dialogue critique sur les passés et les futurs. Reconnaissant et abordant les conflits et les défis du présent, ils sont les dépositaires d’artefacts et de spécimens pour la société. Ils sauvegardent des mémoires diverses pour les générations futures et garantissent l’égalité des droits et l’égalité d’accès au patrimoine pour tous les peuples. Les musées n’ont pas de but lucratif. Ils sont participatifs et transparents, et travaillent en collaboration active avec et pour diverses communautés afin de collecter, préserver, étudier, interpréter, exposer, et améliorer les compréhensions du monde, dans le but de contribuer à la dignité humaine et à la justice sociale, à l’égalité mondiale et au bien-être planétaire. »

(Proposition de définition de 2019 de Jette Sandahl, la présidente du Comité permanent de l’ICOM)


Officielle ou non, cette définition de 2019 montre une volonté claire de faire des musées des acteurs actifs du changement social et une partie essentielle du tissu sociétal d'aujourd'hui. À une époque comme celle-ci où les musées sont clairement considérés comme non-essentiels pendant une pandémie et doivent fermer leurs portes, nous devons repenser exactement ce qui nous rend essentiels et comment remplir au mieux notre devoir éthique en tant que service public (tout en respectant les conseils scientifiques et directives sanitaires, bien sûr). En tant que chargée de médiation culturelle travaillant avec une variété de publics, y compris les jeunes migrants, je pense que le secteur des arts doit profiter de ce temps pour se réexaminer. Nos actions s'alignent-elles sur les nobles idéaux et les systèmes de valeurs que nous prônons ? Qui est servi ? Faisons-nous vraiment tout ce que nous pouvons ?

Photo © Soul Food / Kryssandra Heslop

Fondamentalement, cette pandémie a contraint les musées et les institutions culturelles à réaliser un virage numérique, qu'ils y soient prêts ou non. Les médias qui couvrent normalement les productions culturelles et artistiques sont réduit à écrire sur des événements auxquels on ne peut plus assister. En conséquence, des visites de musées virtuels passionnantes et parfois des plates-formes numériques moins intéressantes ont suscité beaucoup plus d'intérêt que d'habitude. Cela a poussé certains musées à investir dans la création de versions virtuelles de le

urs expositions et même à accueillir à distance les visiteurs avec des visites guidées Zoom. Tout d'un coup, les possibilités peuvent sembler infinies. Non seulement les musées peuvent maintenir leur lien avec leur public habituel, mais ils peuvent également interagir avec de nouveaux publics du monde entier.


En plus des visites guidées virtuelles innovantes, les musées sont aujourd'hui plus généreux avec leurs connaissances. Auparavant, les ressources privées sont partagées gratuitement, les musées montrent le fonctionnement interne de leurs différents départements et postes de travail, et les agents de sécurité sont interrogés et recentrés sur la vie du musée. La médiation culturelle est devenue vulnérable et instantanée via des sessions en direct sur Facebook et des échanges de chat menés par des éducateurs en arts. Les artistes sont payés pour partager leur travail en ligne, donnant des concerts et des conférences « privés » à ceux qui s'inscrivent et se connectent au bon moment. Les newsletters hebdomadaires n'ont jamais été aussi animées et riches en ressources. Les enfants peuvent désormais participer à des activités artistiques liées à l'exposition en suivant des instructions en ligne animées ou en suivant un master class en direct animée par un artiste. Certains musées vont même jusqu'à créer des kits d'art physique, qu'ils distribuent aux visiteurs potentiels via un système de visite de musée en « drive-in. »

Du coup, des institutions qui avaient renoncé à des investissements technologiques aussi rudimentaires que les audioguides (qui favorisent l'accessibilité des visiteurs même si vous ne les aimez pas particulièrement), ont semblé faire tout leur possible à peine deux semaines de confinement. Bien qu’il s’agisse d’une tournure d’événements passionnante et pleine d’espoir dans le secteur des arts, il est regrettable qu’il ait fallu une pandémie pour que certains musées envisagent de rendre leur activité plus accessible et plus transparente. Cependant, alors que cette pandémie nous pousse tous à creuser profondément à la recherche de solutions innovantes, compatissantes et accessibles à l'éventail de nouveaux problèmes qui surgissent chaque jour, nous devons être conscients de ceux qui ont été et continuent d'être exclus de ces « solutions. » Je pense que la technologie peut aider les musées à favoriser une plus grande accessibilité, mais la fracture numérique ne doit pas être sous-estimée ou ignorée.

Cette pandémie m'a montré à quel point je compte sur la technologie pour mon bien-être. Cela m'a permis de rester en contact avec mes proches, de suivre les nouvelles en constante évolution, de garder la raison et, oh oui, de garder mon travail. Je mentirais si je n’étais pas une de ces privilégiés pour bénéficier d’une certaine lueur d'espoir au milieu de cette horrible situation. Tout le monde n'a pas ce luxe. Cette pandémie m'a amené à poser anxieusement des questions comme : qu'en est-il de ceux qui n'ont pas de toit au-dessus de leurs têtes, l'électricité, Internet, un forfait téléphonique illimité entièrement payé, un smartphone ou un ordinateur ? Qu'en est-il de ceux qui ne parlent pas la langue du pays dans lequel ils vivent ? Qu’en est-il de ceux qui n’ont pas accès et ne peuvent pas déchiffrer les directives gouvernementales de plus en plus confuses concernant la pandémie ? Qu'en est-il de ceux qui ne peuvent pas trouver la dernière attestation de sortie qui les empêchera (espérons-le) d'être victimes du harcèlement ou de la brutalité de la police lorsqu'ils font leurs courses ? Qu'en est-il de ceux qui ont perdu leurs revenus, leur logement, leur accès à un soutien juridique, social et psychologique dans un pays étranger ? Qu'en est-il de leur santé, de leur santé mentale, de leur sécurité et de leur éducation?

Les musées et autres institutions culturelles ne seront pas la solution ultime pour ceux qui souffrent de la crise, mais je crois qu’ils ont un rôle à jouer. Par exemple, une association culturelle marseillaise, La Friche Belle de Mai, prouve que la reconversion de nos institutions est tout à fait possible et très demandée. Peu de temps après la fermeture de La Friche en raison de mesures de confinement, ils ont accueilli 30 personnes sans domicile fixe et les accompagnateurs volontaires SOS Solidarités dans leurs locaux d'habitation habituellement réservés aux artistes en résidence. A Caen, le musée des Beaux-Arts a accueilli un certain nombre d'élèves du primaire car leurs salles de classe étaient jugées trop petites pour respecter correctement les mesures de distanciation physique nécessaires. Ce que je trouve vraiment prometteur, c’est que le musée ne leur a pas seulement prêté l’espace, mais que les éducateurs en arts du musée ont également été impliqués dans l’accompagnement des élèves et des enseignants dans l’apprentissage de leurs tables de multiplication et exercices de géométrie, parfois en reliant les devoirs aux œuvres. Ces initiatives sont réconfortantes, mais elles montrent également à quel point les musées ont un potentiel inexploité et la capacité de s'adapter rapidement en cas de besoin.

Si les musées suivaient leur définition telle que définie par l'ICOM, ils devraient avoir un réseau de partenariats locaux solides avec une variété d'organismes socioculturels et même socio-médicaux qui travaillent déjà à construire un pont entre les communautés les plus défavorisées et elles-mêmes. Dans une pandémie où le confinement total ou partiel est nécessaire et l'isolement exacerbe les sentiments de solitude, de maladie mentale et rend les personnes déjà vulnérables plus vulnérables, il semble tout à fait possible et même un mouvement d'investissement intelligent pour les musées d'activer ces réseaux dans le but de maintenir et renforcer les liens sociaux. Vérifions avec ces groupes, posons des questions, soyons flexibles, redéfinissons les priorités. De quoi ont-ils besoin ? Comment pouvons-nous fournir cela tout en restant fidèles à notre mission initiale ? Comment réutiliser nos bâtiments, nos ressources humaines, nos relations politiques et nos différentes compétences ? En bref, sortons des sentiers battus. Non seulement c'est la « bonne » chose à faire, mais cela coûte peu ou pas de frais et agit comme un investissement dans la longévité et la pertinence culturelle du musée. Nous puisions nos forces dans nos relations avec ceux que nous servons chaque jour, surtout dans des moments aussi éprouvants que ceux-ci.

Photo © Soul Food / Kryssandra Heslop

Même les plus privilégiés d'entre nous, moi y compris, ressentent l'impact psychologique d'être physiquement isolé de nos soutiens et repères personnels et professionnels. Alors activons ce « muscle de l'empathie » et imaginons nous être isolés de notre famille, de nos amis, de notre culture, de notre langue, de nos revenus et de notre statut juridique, avec ou sans cette pandémie. Imaginez maintenant que tout vos repères s'évaporent ou soient réduits au silence. Heureusement, les associations et les bénévoles travaillant avec les jeunes migrants non accompagnés et d'autres populations vulnérables sont parmi les parties les plus adaptables et les plus dévouées de notre société, et restent donc actifs malgré les difficultés supplémentaires qu'une pandémie crée. En tant que musées et institutions culturelles, pourquoi ne pas commencer par eux ? Heureusement (et malheureusement), ils ont l'habitude de travailler dans des situations difficiles avec peu de moyens, et pourtant ils persévèrent. Soit dit en passant, ils prouvent que beaucoup peut être fait avec très peu de moyens, comme d'habitude. Mais devraient-ils payer ce prix seuls, encore et encore ? N'est-ce pas le moment pour nous, musées et institutions culturelles, de montrer au monde à quel point nous sommes vraiment essentiels ? Quel meilleur moment pour prouver notre valeur qu'en cas de besoin ?

Contact Us

soulfoodparis@gmail.com

Paris, France

© 2019 by SoulFoodParis.

  • Black Instagram Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black LinkedIn Icon