• Soul Food

Raisons d'espérer // Les héros dont nous ignorions avoir tous besoin

Nous suivons The Worldwide Tribe depuis un certain temps. Heureusement, sa fondatrice, Jaz O'Hara, est aussi ouverte et attentionnée qu'on l'imagine, et lorsque nous l'avons contactée, elle a rapidement répondu. Quand elle est venue à Paris l'année dernière avec son partenaire Josh, fondateur de Do Something For Nothing, nous les avons invités à assister à une excursion Soul Food au Refettorio Paris, où nous avons passé une belle soirée avec quelques-uns de nos jeunes membres anglophones de Gambie et Afghanistan. Après un bon repas, nous avons eu le temps d'échanger, d'en savoir plus sur leurs voyages respectifs et leurs projets à venir pour amplifier les voix des plus vulnérables, et nous nous nourrissons de cette rencontre depuis lors. C'est toujours gratifiant et revigorant de passer du temps avec des âmes sœurs et des gens inspirants, et cette soirée en était un merveilleux exemple. Nous sommes incroyablement honorés de publier la contribution de Jaz au blog (accompagné de belles photographies), et nous rêvons du jour où les voyages internationaux redeviendront sûrs et où nous pourrons collaborer en personne.


Depuis le début du confinement, nous avons dû nous adapter chez nous.  Quatre colocataires dans un appartement de deux chambres où nous ne faisions que  nous croiser la plupart du temps, ça n'avait jusqu'alors jamais été un problème.  Soudain, nous voilà tous ensemble à la maison.  Au début, nous nous sommes bien amusés dans notre petite bulle, mais bientôt, nous avions besoin d'un but pour continuer à nous sortir du lit tous les jours.  Nous sommes tous des conteurs d'histoire par nature.  Mon partenaire Josh et moi défaisons tous les deux les stéréotypes sur certaines populations les plus marginalisées, et nous le faisons en racontant leurs histoires.  Josh est un coiffeur pour les personnes en situation d'itinérance, et il partage une photo avant-après avec leur histoire sur Instagram.

Photo © Jaz O'Hara
Photo © Jaz O'Hara

J'anime un podcast et fais des films sur les réfugiés.  Nous voyageons souvent à l'international, mais comme vous pouvez l'imaginer, comme pour la plupart d'entre nous, nos vies ont changé depuis le confinement.  Notre colocataire Joe est aussi un conteur d'histoires;  Créatif dans la publicité, ses missions en free-lance ont pris fin il y a quelques mois et lui aussi cherchait quelque chose à se mettre sous les dents pendant ce temps.  Eh bien, nous n'avions pas besoin de chercher loin ...

Photo © Sequoia Ziff

Un jour, juste avant le début du confinement, Josh et moi étions dans notre supermarché Aldi local, choqués par les étagères vides et la mentalité  des gens qui se disputaient le papier toilette.  Alors que nous payions pour les miettes de courses sur lesquels nous pouvions encore mettre la main, nous avons discuté avec le type derrière notre caisse.  Son nom était Jarvis et il nous a dit: « J'essaie d'expliquer aux clients, vous n'avez pas besoin de 10, 15 ou 20 exemplaires d'un même article.  Laissez-en quelques-uns sur l'étagère pour un autre client, pour les personnes qui ne peuvent pas acheter en gros ou qui pourraient ne pas avoir la possibilité d'arriver ici à huit heures du matin.  Ils vous regardent les yeux hagards comme si cela ne faisait aucune différence. » Les mots de Jarvis nous ont fait réfléchir.  Comment les gens comme lui s'en sortent-ils pendant cette période?  Ceux qui doivent encore se présenter au travail chaque matin, incertains des conséquences sanitaires de cette situation.  Ces voix  seraient-elles incluses dans cette crise historique?  Nous sommes revenus le lendemain pour prendre son portrait et écouter son histoire, avec d'autres employés et clients du supermarché. Après avoir partagé ses paroles en ligne, nous avons voulu raconter plus d'histoires, mais de nouvelles restrictions de quarantaine ont rendu de plus en plus difficile de rencontrer des gens.  Nous avons donc creusé nos têtes.  Soudain, nous avons remarqué combien de travailleurs clés venaient à notre porte.  Notre facteur.  Les chauffeurs-livreurs.  Les éboueurs. Les héros dont nous ignorions avoir tous besoin. Nous avons capturé leurs portraits avec la règle «Documenter à distance». Puis le projet a commencé à grandir.  Le premier pont que nous avons construit à l'étranger était à Los Angeles, où notre ami photographe Al a capturé un incroyable portrait d'une infirmière d'un service de soins intensifs nommée Brittni.  Son histoire est représentative de la vie des personnes travaillant en première ligne lors de la pandémie.  Les travailleurs de la santé en font l'expérience pleinement.  Elle explique ; « Je ne pensais pas que cela m'affecterait vraiment émotionnellement, mais avec mon premier patient Covid, quand j'ai quitté la pièce, il était difficile de retenir mes larmes.  Il avait 50 ans et n'avait jusqu'alors aucun problème de santé. » 

C'était pénible d'entendre l'histoire de Brittni, mais ses paroles ont suscité notre inspiration.

Photo © Al Noelle Walter

Le COVID-19 est à l'origine d'une pandémie mondiale et il était important que nous le reflétions dans notre travail. Grâce à Instagram, nous avons noué des contacts avec des photographes et des créatifs de nombreux pays différents, et bientôt, un collectif mondial de photographes s'est formé et a pris de l'ampleur.  Notre groupe WhatsApp bourdonnait de nouveaux portraits et histoires de tous les continents, apportant de nouvelles perspectives et introduisant plus de personnes à participer au mouvement.  Notre équipe multinationale a maintenant des membres de l'Estonie à Taiwan et de Melbourne à Yangon.  Mais cela ne s'arrête pas là.  Nos ambitions pour l'avenir comprennent des expositions et la publication d'un livre Les gens de la pandémie, qui racontera également les histoires des gens lorsque la pandémie est terminée.  Ceux qui ont perdu des êtres chers, ceux qui ont perdu leur emploi ou les scientifiques qui ont aidé à trouver un remède. People of the Pandemic existe pour donner le ton à un nouveau chapitre, une culture où les gens ordinaires deviennent nos nouveaux modèles, parce que ce sont eux qui nous ont fait traverser cette crise. Alors, comment voulons-nous que les gens se sentent quand tout cela est terminé?  Que pendant une période sans précédent et incertaine de notre vie, c'est le soutien mutuel qui nous a permis de traverser ... et c'est cela ma raison d'espérer. 

Photo © Vivien Huss

Photo © Al Noelle Walter
Photo © Raffaella Bichiri and Adam Riley
Photo © Raffaella Bichiri and Adam Riley

79 views
Contact Us

soulfoodparis@gmail.com

Paris, France

Connect with us

© 2019 by SoulFoodParis.

  • Black Instagram Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black LinkedIn Icon